LES CHEMINS DE L'ETERNEL: forum ouvert sur le monde paranormal
 
AccueilstargateS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 AZF des elements troublants.

Aller en bas 
AuteurMessage
stimata
Admin
Admin
avatar

Messages : 1229
Date d'inscription : 19/08/2009
Age : 42
Localisation : Saint Nicolas de port

feuille de l'entité
la couronne du roi! :
la couronne du roi!
https://i.servimg.com/u/f83/11/73/65/48/images10.jpg

MessageSujet: AZF des elements troublants.   Dim 3 Juin - 14:10

article d'un journal.

Entre les lignes


Que s’est-il réellement passé à Toulouse, le 21 septembre 2001 ? Officiellement, il s’agit d’un accident provoqué par la réaction chimique causée par un mélange involontaire de nitrate d’ammonium avec des produits chlorés dans le hangar 221. Or, officieusement de nombreux éléments viennent nourrir d’autres thèses (volontairement ?) mises de côté ou soigneusement évitées par les enquêteurs et la justice. Éléments qui pourraient pourtant avoir leur importance. Plusieurs éléments étranges ont été mentionnés dans la presse. Midi Libre indiquait « Incroyable, mais vrai : début 2003, plus d’un an et demi après l’explosion du hangar 221, ni la police ni la justice n’avaient trouvé utile de lancer un appel à témoins ! (…) Nous avons tenté d’y remédier. Les témoignages dont nous disposons ont donc des origines diverses. » Le quotidien a recueilli 164 descriptions de phénomènes lumineux… Information également mentionnée dans le Figaro : « Dans les jours qui suivent, l’extraordinaire diversité des témoignages recueillis par la police judiciaire auprès des nombreuses personnes présentes à proximité immédiate du site industriel lors de l’explosion ajoute à la confusion ambiante. Certains assurent avoir vu une «boule de feu», d’autres des éclairs, un «flash lumineux» ou encore un «rayon bleu». Beaucoup, surtout, disent avoir entendu deux explosions successives et distinctes, tandis que plusieurs témoins jurent qu’ils ont aperçu des aéronefs dans le ciel au moment de la catastrophe. Christian F., présent dans l’enceinte même d’AZF à 10 h 17, raconte, lui, avoir d’abord vu une colonne de fumée grisâtre, teintée de nuances ocre, s’élever au-dessus de l’usine ; puis un éclair et «une énorme bulle». Au moment de l’explosion, il se rappelle ensuite avoir ressenti un appel d’air qui, dit-il, a brusquement «attiré les organes de (son) corps ». « Damien B., présent sur le site d’AZF le 21 septembre au matin, assure avoir ressenti «une énorme électrocution» juste avant l’explosion. Martin A., ingénieur en informatique, se rappelle, lui, d’un sifflement suraigu qui lui a, sur le moment, fait penser à une fusée de feu d’artifice. Véronique B., enfin, dit avoir remarqué que le ciel était d’une couleur rose gris, déformé par une sorte de brouillard charriant «une insupportable odeur d’ammoniac ». Un témoin a décrit un étrange objet stationnaire suivi d’un éclair puis d’une onde de choc. D’autres personnes parlent d’un tremblement, d’un éclair bleu suivi par une explosion et une grosse explosion, d’autres ont vu un éclair en forme de V, très exactement 6 secondes après l’onde de choc ou encore un éclair couplé à un bruit semblable à celui d’un avion supersonique. On sait, via ses témoignages, que ces éclairs étaient très puissants puisque l’un des témoins qui travaillait à proximité du site a eu temporairement la vue perturbée (vision en noir et blanc durant quelques jours). Plus étrange, l’AFP faisait paraître cette dépêche : « De nombreux témoins ont vu évoluer un ou plusieurs aéronefs à proximité du site AZF, avant, pendant et juste après la catastrophe. Parmi ces OVNI, on note la présence d’au moins deux hélicoptères et d’un avion de chasse. Des appareils “fantômes” dont on est en droit de supposer qu’ils sont des témoins privilégiés de la catastrophe (…). Pourquoi les enquêteurs ne se sont-ils pas intéressés aux équipages et à ce qu’ils avaient pu voir ? Et pourquoi ces mêmes équipages ne se sont-ils pas manifestés ? AZF, mémoires et solidarité, une des associations de victimes a dressé une liste des éléments suspects parmi lesquels la présence des aéronefs évoluant à basse altitude près du pôle chimique (les faits ne peuvent être contesté, ils ont été filmés par FR 3 et M6), la présence d’un « brouillard » non naturel le matin de la catastrophe, le fait qu’il y ait eu une explosion avant celle du hangar 221 et les nombreux phénomènes d’électrisation mentionnés par les témoins… Tout concorde parfaitement, pourtant certains éléments et certains témoignages n’ont pas été pris au sérieux.

Retour sur une catastrophe annoncée


Plusieurs sources révèlent des informations troublantes qui pourraient donner une toute autre explication à l’explosion… Voici comment se sont déroulés les faits : En mai 2001, 4 mois avant la catastrophe, la SNPE (Société Nationale des Poudres et des Explosifs, voisine d’AZF) voit sa sécurité renforcée par des services de surveillance. Le 1er septembre, une alerte anti-terroriste à la SNPE donnera lieu le 17 septembre à une enquête discrète de la DGSE et à un renforcement du système de sécurité. Le 20 septembre des tests du canal aérien ionisé sont réalisés près du pont d’Empalot. Ils forment un grand arc bleu-ciel. Le lendemain, les premiers tests des éclairs de transfert d’énergie par faisceau micro-onde sont aperçus par des témoins. Toujours dans la nuit, entre 1h et 4h30 du matin, une étrange succession de faits se déroulent : un blessé grave est évacué de la SNPE, une personne est retrouvée morte et deux hommes sont aperçus sortant de la zone sud d’AZF… À 5h, une première vague de fumée s’échappe de la zone de la SNPE et s’épaissit pour se transformer en brume opaque et irritante. Elle arrive jusqu’à la Garonne, au nord du pôle chimique. À 8h30, le corps de l’inconnu de la SNPE n’est pas envoyé à la morgue et part directement au funérarium. Les premiers témoins aperçoivent à 10h05 un drone de type CL 227 Bombardier-Canadair et, à 10h10 un drône de type Seamos dans un autre quartier de la ville. Un nuage opaque et épais enveloppe la SNPE et AZF. À 10h16, un Cessna survole le pôle chimique (zone interdite). À 10h17, un séisme de magnitude 3,4 sous la colline de Pech David (130 mètres au-dessus de la Garonne) se propage le long d’anciennes galeries souterraines jusqu’au pôle chimique. Au même moment une émission du canal aérien ionisant est émis depuis la zone nord des Ballastières. À 10h17, premiers dégats à l’usine AZF. À 10h18, manifestation perçue à plusieurs endroits d’ondes et de champ électromagnétiques. Certains témoins sont électrisés. À 10h18, la partie supérieure de la tour décolle et explose, le tas d’ammonitrate du hangar 221 explose à son tour. Enfin à 10h35, un avion cargo est étrangement autorisé à décoller… Tout au long de la journée, de nombreuses perturbations électriques (coupures, courts-circuits, explosions) ont eu lieu à Toulouse.

a prendre avec des pincettes.
Revenir en haut Aller en bas
http://stimataspirit.forumactif.org
 
AZF des elements troublants.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES ELEMENTS
» Trés inquiete apres plusieurs episodes troublants
» groupe infini dont l'ordre des elements est fini
» 2 visages troublants...
» Mirroir Psychique & Elements

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chemins de l'éternel  :: Espace détente :: Sujets divers-
Sauter vers: